5 MINUTES A SOI : Le Moment Collector

Florence Servan-Schreiber parle de l’importance d’avoir au moins trois kifs par jour pour être heureux. Mais qu’est-ce que le bonheur ? Une action gratifiante ? Un simple sentiment de satisfaction ?

Je crois que le bonheur est bien plus profond et bien moins tributaire des conditions du quotidien. Etty Hillesum a montré qu’il était possible d’être heureux dans la pire situation. Le bonheur, le vrai de vrai, est un pan de gratitude. C’est la reconnaissance de ce cadeau formidable qu’est la vie. Ceux qui ont traversé une retraite Vipassana s’en souviendront peut-être aussi : j’ai encore aujourd’hui en tête la voix de Goenka-ji répétant « stay very alert, very attentive, very attentive ». L’attention, la vigilance, permettent de goûter totalement ce cadeau, chaque jour. De trouver chaque jour une raison de sortir du lit, d’aller à la rencontre du monde extérieur.

Alors chaque jour, ce n’est pas au « kif », mais au Moment Collector que je donne de l’importance.

Parce qu’avec vigilance, avec attention, même dans les périodes difficiles, même dans la routine la moins enthousiasmante, il y a chaque jour au moins un moment spécial. Un moment qui sort du lot. La différence majeure : le kif est actif, voulu, calculé, quelque chose à faire ; le moment collector est spontané, il est cadeau.

Qu’il soit « positif » ou « négatif », ce moment quotidien mérite d’être consigné pour la postérité. Parce qu’il nous a offert un présent, sans décalage, sans jugement, dans une spontanéité totale. Un moment d’émerveillement soudain, inattendu ; une émotion plus forte ; une couleur plus vive. Un moment de vie. D’ailleurs, souvent, le moment devient collector a posteriori – sur le moment, on ne s’est pas rendu compte… Il émerge quand on prend cinq minutes avant de s’endormir, pour tirer le bilan de la journée.

Dans le genre de ça :

Dans le chemin spirituel de mon Maître, il nous est recommandé de tenir un journal. Ce n’est pas un journal intime au format adolescent, genre dialogue avec mon nombril. C’est plutôt une sorte d’enregistrement. Et quelques temps plus tard, on se retourne sur la distance parcourue, comme on ressort un album photo. Il permet, avec le temps, de voir les schémas, les habitudes, de prendre conscience de ce qui a changé, ou de ce qui doit encore changer. Et il permet aussi de ne pas continuer à machouiller ces moments, dix minutes, deux heures, trois mois, dix ans. Puisqu’on sait qu’au besoin, ils sont notés. Ca libère de la place dans la mémoire vive.

Parce que c’est toujours génial de relire ses vieux « carnets de voyage », c’est mon support de choix. Mais ce n’est évidemment pas obligatoire : pourquoi pas noter sur un post-it, ou dans son téléphone, ou si on aime partager, sur Facebook. Et pourquoi pas, ensuite, faire le best-off, avec le moment collector de la semaine, du mois, du trimestre, de l’année…

YOGIC PHILO : Rien à Déclarer

Admets quelque chose.
Toutes les personnes que tu vois, tu leur dis
« aime-moi ».

Bien sûr que tu ne le dis pas tout haut :
Tu risquerais l’enfermement.

Pourtant, penses-y,
Comme la connexion t’aimante.

Alors pourquoi ne pas devenir la personne
Qui vit avec une pleine lune dans chaque œil
Qui dit toujours,

Dans les mots doux
de la lune,

Ce que les autres yeux du monde
Meurent
D’entendre ? »

― Hafez (poète mystique persan du XIVe s.)

Je pratique et j’enseigne le yoga parce qu’au-delà des écorces et des hoquets de la vie, il y a dans tous les êtres ce regard de lune.

lune illusion optique

Dans tous les êtres, une possibilité d’amour, de compassion, née de cet espace en soi où il est dit que l’univers entier réside. Là où le souffle est né, là où le souffle renaît, à chaque respiration. C’est un lieu infini, éternel, de paix, de joie, de présence. Et lorsque vous retrouvez, lorsque vous reprenez le chemin vers cet espace en vous, et que je me trouve dans cet espace en moi, alors il n’y a plus de séparation. Nous sommes un.

Voilà… Ca, c’est dit. ;-)

N.B. : le poème est ma traduction libre d’une traduction libre en anglais de ce poème. Il fait partie du « Focus of the Month » d’octobre 2013 de l’école de yoga Jivamukti.

5 MINUTES A SOI : Méditation Prénatale en Couple

La pile de livres que j’aimerais lire, aujourd’hui, demain, un jour, diminue parfois, pour mieux grandir aussitôt…

Dans cette pile, j’ai récemment tiré « Les Neuf Marches » de Daniel Meurois et Anne Givaudan. Ce récit a mis en mots plusieurs éléments que je pressentais sur l’arrivée d’un être au monde, et m’a ainsi proposé une belle lumière sur l’accompagnement que je propose.

Inspiré de cette lecture, cet exercice très simple applique la règle du petit pas : rien ne sert de courir, il faut partir à point. Un petit pas tous les jours nous emmène plus loin qu’une grosse course de temps en temps. Avec l’avantage d’éviter de s’essouffler.

Futurs parents, vous pouvez le pratiquer dès que vous savez que vous êtes « enceints ». Il s’agit de se réserver, une fois par jour et, dans la mesure du possible, tous les jours à la même heure, un moment – cinq minutes, dix minutes, peut-être un quart d’heure – pour être ensemble, dans l’accueil, en silence. Je le recommande en couple car, si la vie le permet, un enfant se porte mieux à deux.

Future maman, vous pourrez vous asseoir contre votre compagnon, confortablement, chacun ayant par exemple une main sur le ventre (nombril) l’autre sur la région du coeur (sternum/clavicules). Ou vous pourrez rester assis à côté ou en face l’un de l’autre.

Autorisez vos corps à se détendre. Vos oreilles entendent, n’écoutent plus. Vos yeux, s’ils sont ouverts, voient, ne regardent plus. Votre peau ne touche plus, elle sent. Laissez votre corps inspirer et expirer, en douceur, sans aucun effort. Et accueillez ce qui vient. Ce peut être rien, ou des sensations, ou des images, peut-être même des mots, des idées. Accueillez, tout simplement.

Au fil du temps, lorsque ce rendez-vous sera bien installé dans votre rythme, au même titre que se laver les dents, vous pourrez le prendre sans avoir besoin d’être ensemble physiquement. Et vous serez également en mesure de communiquer de manière plus libre avec votre enfant.

Certes, la mise en place de ce moment privilégié demande un peu de courage. On se sent parfois idiot : dans notre société, le silence peut être vécu comme gênant, bruyant. Mais la grossesse est une période privilégiée pour accepter que le monde n’est pas fait que d’objets mesurables et quantifiables. Qu’il existe des liens au-delà de la parole, au-delà des cinq sens.

Aussi : félicitations !

Plus d’informations sur l’accompagnement prénatal : cliquez ici.

5 MINUTES A SOI : Aimons nos Orteils

Quand on y pense, la posture debout est un grand questionnement de l’évolution : placer autant de poids, de manière aussi verticale, sur une si petite surface, relève d’un défi assez intéressant, non ?

Etape 1 : nous (enfin, nos lointains ancêtres) cessons d’utiliser le gros « pouce des pieds » en préhension. Etape 2 : nous (enfin, nos ancêtres un plus proches) enfermons nos pieds dans des chaussures de plus en plus serrées. Pour les femmes, c’est l’arrivée des escarpins et autres élégants instruments de tortures. Selon Sacha Guitry, c’est une femme qui aurait inventé les talons aiguilles : elle ne supportait plus que son amant l’embrasse sur le front …
Etape 3
: nos orteils nous en veulent. Et, à en croire les vénérables maîtres Chinois, notre tête aussi : en médecine chinoise, il est dit que les pieds sont le miroir du corps. Au niveau des orteils, on trouverait ainsi la tête et tout ce qui la constitue : crâne, dents, yeux, oreilles, nez, bouche, glandes « supérieures », cerveau, etc.

Il y a une méthode toute simple pour rétablir une relation détente à nos pieds. Ca se pratique à tout moment, assis ou debout, sans chaussures de préférence.

– Fermez les yeux, amenez votre attention sur la zone de contact entre vos pieds et le sol.
– A l’inspiration, soulevez les orteils et ancrez les quatre points des pieds dans le sol, en approfondissant l’arche naturelle de la plante.
– A l’expir, reposez les orteils délicatement, tout en conservant l’arche et l’ancrage.
– Recommencez autant de fois que vous le souhaitez.

Il est possible, ensuite, que l’idée de vous rechausser soit source de souffrance… C’est à ce moment-là où on a une pensée admirative pour ceux qui osent allier chaussettes et sandales orthopédiques en toutes circonstances, n’est-ce pas ?

Om shanti,
Déborah