ACTU: « Comme à l’ashram » – Paris, 22-24 septembre 2017

De passage à Paris, Rajon et moi vous proposons une retraite de yoga « comme à l’ashram », le week-end du 22-24 septembre, chez moi dans le Marais (M. Hotel de Ville ou Rambuteau).

Le programme inclut le rituel du riz et de l’eau, fondateur de la méditation de notre lignée, centrée sur la connaissance de Soi ; des repas (véganes bangladais) préparés par nos soins ; et bien sûr, des cours de yoga, suivant la séquence d’exercices établie par notre gourou au fil de plus de 40 ans de pratique – et peut-être nous entendrez-vous aussi chanter…


Programme prévisionnel :

vendredi 22 octobre :
à partir de 19h30
>> méditation du Soi avec les trois éléments: encens, riz et eau
>> repas et discussion

samedi 23 et dimanche 24 :
à partir de 8h30/9h
>> thé et goûter léger de fruits
>> méditation du Soi (1h)
>> pratique du yoga – asana, pranayama, bandha (2h-2h30)
>> pause courte
>> repas

>pause longue (activités possibles: lecture, sieste, sortie, …)

à partir de 16h30-17h
>> pratique du yoga (2h-2h30)
>> pause courte – thé
>> méditation (et chants) (1h-1h30)
>> repas et discussion

• Une expérience, même légère, de la philosophie du yoga, est demandée.
Les pratiques posturales seront adaptées aux possibilités de chacun.

• La participation est de 220€ par personne pour le programme complet (soit approx. 10h de pratique du yoga, 5 heures de méditation, et 5 repas).
Hors coût des matières premières pour la préparation des repas, les participations reviennent directement à l’ashram au Bangladesh.

• Les horaires seront finalisés selon le nombre de participants, au maximum 15 personnes. A partir de 8 inscrit.e.s, deux groupes seront constitués pour les séances de yoga et les repas du midi. Les journées se dérouleront de manière fluide. Quelques places seront disponibles pour participer en demi-journée en cas d’incompatibilité sérieuse d’agenda.

• Les repas seront à base de riz et de soupe de lentilles (dhal), accompagnés de légumes cuits légèrement épicés (non piquant) et d’une salade. Il vous sera demandé d’apporter vos couverts (i.e. tasse, verre, assiette), votre fruit préféré pour les deux matins, et votre tapis de yoga si vous en possédez un.

Si ce programme vous intéresse, merci de me faire signe (rapidement), afin que nous puissions confirmer et nous organiser.
Je suis aussi joignable au 06 67 63 00 71.

x’om,
Débo

Publicités

PETIT SAGE : du Bien, du Mal, ou pas

On me susurre qu’un sadhou a appris à reconnaître le bien du mal, et a pris la décision de manger des deux. La route des enfers est autant pavée de bonnes intentions que la route du paradis l’est de mauvaises, me susurre-t-on aussi.

IMG_6548
Qui suis-je alors pour juger ?

La leçon la plus dure à apprendre aujourd’hui se présente donc ainsi : oh donne-moi patience, courage, sagesse ! Mais non plus pour accéder à ce discernement qui permettrait soit de changer, soit d’accepter. Plutôt qu’en moi j’ouvre un espace pour accueillir ce qui est, tout ce qui est, sans distinction.

A ma toute petite échelle, quelle que soit la puissance de ma volonté, quelle que soit la profondeur de mon expérience, le moment reste unique et incomparable. Causes et conséquences sont opaques en moi, et obscure est ma compréhension des autres. A ma minuscule mesure, je suis bien incapable de lire l’intention derrière l’acte, et encore moins douée pour deviner les ramifications passées, présentes, ou futures, de ces actes.

Devenir sadhou, ce serait donc aussi simple que d’apprendre à ne plus causer ?

PETIT SAGE: les Courts-Circuits de la Spiritualité

Je pensais que ce blog entrerait en hibernation… Mais je ne résiste pas à la tentation de partager cet article (en anglais) : 10 comportements faussement spirituels

Dans les années 80, un psychothérapeute américain converti au bouddhisme a inventé l’expression « court-circuit spirituel »(« spiritual bypassing »). Elle désigne les voiles et les mensonges à soi-même vis-à-vis de certains aspects de la vie qui sont vus comme désagréables ou indésirables. A chacun d’entre nous donc de dépasser la vision bisounours du cheminement spirituel sur lequel on s’engage pour se divertir ou (se) fuir. 

IMG_6106
 De l’aveuglement dans l’obscurité à l’aveuglement dans la lumière, les borgnes savent dire la différence. Mais seuls ceux qui vivent peuvent se réveiller les deux yeux grands ouverts. Si le désir est là, y’a plus qu’à. 

ACTU / PETIT SAGE : les dés se jettent au rond-point.

La chiromancie vous dira que vous tenez votre vie dans le creu de votre main. Dans la ligne de vie dessinée dans ma paume, se trouve paraît-il la marque d’un choix radical. Le savoir est une chose. L’accepter en est une autre. Après avoir longtemps reculé devant l’obstacle et fait des tours de piste, je suis maintenant prête à m’engager totalement dans ce nouveau chapitre.

Je ne suis pour le moment pas en mesure de dispenser de cours de yoga. Le faire en personne sous nos latitudes relèverait de l’impossible; la bilocation n’est toujours pas d’actualité pour ce corps. Sur Skype, le réseau au Bangladesh est malheureusement trop instable pour assurer la qualité de présence qui nous importe.

Je vous remercie du fond du coeur de m’avoir suivie ces dernières années, par les cours, par le blog, ou autrement encore.

Je reste joignable, et espère d’ici quelques temps être en mesure d’accueillir les plus téméraires qui souhaiteraient passer du temps dans notre ashram. Lors de mes passages en France, dès cet été, je ne manquerai également pas de vous proposer des rendez-vous.

harmonium leaf

Ce blog entre en hibernation le temps que matière suffisante soit trouvée pour le nourrir. Et d’ici à nos prochains échanges, je vous souhaite toujours plus d’espace intérieur.

x’om,
Débo

www.oremualdo.com

PETIT SAGE : au Départ ou à l’Arrivée

Il est de ces voyages où l’on se sait partir plus chargée qu’on ne reviendra. Matériellement, c’est sûr – une valise (et des brouettes) de présents. Mais aussi, métaphoriquement : de certitudes cachées qu’il faudra accepter de briser lorsqu’elles se laisseront voir ; de questions qu’il faudra accepter d’abandonner sans réponse, lorsqu’elles reviendront se poser.

On dit que seul le changement est permanent. Qu’il n’y a de vérité que dans le doute. Que la lumière se fait visible dans l’ombre. Et qu’il faut donner pour recevoir.

Pour 2017, je nous souhaite toujours plus d’espace en nous, pour que la lumière passe. Qu’elle illumine les coeurs autour de nous, qu’à leur tour ils s’y réchauffent lorsqu’il fera froid, s’y éclairent lorsqu’il fera sombre, et y jouissent lorsque le jeu d’équilibriste s’évanouira.

www.oremualdo.com