ACTU / PETIT SAGE : les dés se jettent au rond-point.

La chiromancie vous dira que vous tenez votre vie dans le creu de votre main. Dans la ligne de vie dessinée dans ma paume, se trouve paraît-il la marque d’un choix radical. Le savoir est une chose. L’accepter en est une autre. Après avoir longtemps reculé devant l’obstacle et fait des tours de piste, je suis maintenant prête à m’engager totalement dans ce nouveau chapitre.

Je ne suis pour le moment pas en mesure de dispenser de cours de yoga. Le faire en personne sous nos latitudes relèverait de l’impossible; la bilocation n’est toujours pas d’actualité pour ce corps. Sur Skype, le réseau au Bangladesh est malheureusement trop instable pour assurer la qualité de présence qui nous importe.

Je vous remercie du fond du coeur de m’avoir suivie ces dernières années, par les cours, par le blog, ou autrement encore.

Je reste joignable, et espère d’ici quelques temps être en mesure d’accueillir les plus téméraires qui souhaiteraient passer du temps dans notre ashram. Lors de mes passages en France, dès cet été, je ne manquerai également pas de vous proposer des rendez-vous.

harmonium leaf

Ce blog entre en hibernation le temps que matière suffisante soit trouvée pour le nourrir. Et d’ici à nos prochains échanges, je vous souhaite toujours plus d’espace intérieur.

x’om,
Débo

www.oremualdo.com

PETIT SAGE : au Départ ou à l’Arrivée

Il est de ces voyages où l’on se sait partir plus chargée qu’on ne reviendra. Matériellement, c’est sûr – une valise (et des brouettes) de présents. Mais aussi, métaphoriquement : de certitudes cachées qu’il faudra accepter de briser lorsqu’elles se laisseront voir ; de questions qu’il faudra accepter d’abandonner sans réponse, lorsqu’elles reviendront se poser.

On dit que seul le changement est permanent. Qu’il n’y a de vérité que dans le doute. Que la lumière se fait visible dans l’ombre. Et qu’il faut donner pour recevoir.

Pour 2017, je nous souhaite toujours plus d’espace en nous, pour que la lumière passe. Qu’elle illumine les coeurs autour de nous, qu’à leur tour ils s’y réchauffent lorsqu’il fera froid, s’y éclairent lorsqu’il fera sombre, et y jouissent lorsque le jeu d’équilibriste s’évanouira.

www.oremualdo.com

© www.oremualdo.com

ACTUS: Paris, Retour, Reprise

Chères toutes, chers tous,

J’espère que ce printemps renaissant vous trouve bien.

Je suis à nouveau géolocalisable à Paris…! Pour les curieux et les endurants, un très court aperçu des aventures de ces derniers mois se trouve en bas de cet article – avec les liens vers de magnifiques galeries photographiques, un nouveau blog (décalé bien sûr, et en anglais), et un enregistrement de musique sacrée.

Côté yoga, le programme du retour est détaillé sur la page Cours. Le voici résumé :

• atelier mensuel Poorna Yoga
dimanche 3 avril (inscriptions ouvertes)

• deux cours exceptionnels lundi 4 avril à Paris Yoga Shala
10-11h (méditation & pranayama) et 11h-12h15 (vinyasa)

• pranayama & méditation dans mon salon
à partir du mardi 5 avril (demandez-moi les détails)

• cours hebdomadaire en studio
à partir du mercredi 6 avril 11h15-12h30 (poorna yoga)

• cours particuliers / privates : reprise à partir du lundi 4 avril •

J’accompagne comme interprète Duncan Wong de 9h à 22h (!!) le mercredi 30 mars pour les Warrior Flows, (dont un atelier en soirée dans un nouveau haut lieu du yoga parisien, Caelo Yoga) puis Heather Kamala, sa soeur, du jeudi matin au samedi midi, pour une formation KiDo Kids Yoga (pour les enfants)…
« Hitting the ground running », comme on dit.

• Quant à ces 80 jours d’absence… •

Nos aventures nous ont menés de la douceur languide du Sri Lanka à l’intensité du Bangladesh. Là-bas, à quelques centaines de mètres de la frontière avec l’Inde, nous nous sommes immergés dans le quotidien des fakirs bauls. Ces yogis, musiciens émérites, dont la philosophie est à la croisée avec ce qui fait la richesse de la région, suivent l’inspiration d’un intellectuel mystique du XVIIIe siècle, Lalon Shah. Voici la série sur le sadhu songo auquel nous avons été conviés par Saiji, le fakir le plus senior en lignée directe avec Lalon : ici.

J’ai encore du pain sur la planche : des dizaines d’enregistrements de leurs chants magnifiques à traiter – et j’ai hâte de les partager sur les playlists et sur SoundCloud ! Un tout premier est déjà sur le blog : ici.

© www.oremualdo.com

© www.oremualdo.com

© www.oremualdo.comSur un autre fil narratif (les romans comme la vie, la vie comme un roman), nous cherchions la trace d’une sadhvi très particulière, qu’Olivier avait photographiée pour son livre il y a six ans. Notre seule piste était sa connexion avec un temple de Kali à Kolkata. Une moine errante, parmi plus d’un milliard d’habitants… Kalighat Kali Mandir: un pandit nous parle de Tarapith; puis trois sadhus nous parlent de Tarapith… Nous sommes allés à Tarapith, Birbhum District. Maya Giri n’y était pas. Mais nous avons eu, après le passage d’épreuve habituel, un échange doux comme du miel avec trois de ses frères de guru: elle se trouverait dans une grotte au sommet d’une montagne dédiée à Shiva, dans le Gujarat. Plus d’un milliard d’habitants… Et comme une accroche pour le prochain numéro.

En attendant, je me réjouis de vous retrouver tout prochainement, et me tiens à votre disposition pour toute question et tout commentaire.

x’om,
Débo

©Olivier Remualdo

RADIO INTERIEURE : Une Chanson Baul

« Connais-toi toi-même, et développe en toi l’amour inconditionnel », Lalon a dit.

Cette chanson parle du Tout-Puissant, à partir duquel nous sommes construits, de l’énergie. Donc c’est Sa volonté, quoi que l’on fasse, où que l’on aille. Je ne peux rien contrôler. Il n’y a pas de « je ». Le nom de ce Baul, était Haba Pagla. Il vécut sous / dans un banyan pendant 12 ans. C’est un grand Sâdhu soufi. Voici sa chanson.

©Olivier Remualdo
©Olivier Remualdo

Enregistré le 25 janvier 2016 à Dhaka, Bangladesh. Merci Kabir, merci Shuvro, merci Pagla Bablu, et surtout, mille mercis Farooki pour les présentations.

ACTU : 2016 Suite de Voeux

L’année dernière, je nous souhaitais un monde comme celui-ci.
Il y a deux ans, j’étais .

Cette année, je me prépare à 80 jours non planifiés, entre le Sri Lanka, le Bangladesh et l’Inde. 30 litres de sac à dos, 4 kurtas, 3 pantalons, 7 culottes, 7 paires de chaussettes, 10 livrets de feuilles de savon, du samahan, du javadhu, du shikkakai, des carnets et des crayons.
Et l’essentiel qui, comme toujours, reste invisible.

Parmi mes nombreuses prières-mots, ma préférée, encore et toujours : je nous souhaite le courage de changer ce qui peut l’être, la patience de supporter ce qui ne peut pas, et la sagesse du discernement. Tapah, Svadhyaya, Ishvarapranidhana.

Je nous souhaite une nouvelle année de découvertes, de surprises, d’apprentissage. De liens plus forts avec ce que nous sommes profondément – ni corps, ni esprit, ni pensée, ni sensation, mais bien plus, et si peu en même temps. De lien plus fort avec notre capacité d’amour, et son potentiel d’action : aimer.

« Le bonheur a été conçu avec la vie. La vie est le chemin que le bonheur emprunte pour se réaliser. La sensation de bonheur et le bonheur lui-même ne font qu’un. Il n’y a pas d’autre absolu. L’homme qui se sent heureux n’a rien ajouté à sa vie : il en a ôté des soucis, il a éliminé des contradictions, il a amené sa propre vie à se manifester sous son espèce la plus pure. »
– Joë Bousquet, Traduit du Silence

Je nous souhaite le bonheur.

x’om,
Débo

PS : le blog continue du service pendant mes aventures, questions pour CHER YOGA toujours bienvenues. Atelier de Poorna Yoga daté au premier week-end d’avril.