RADIO INTERIEURE / YOGIC PHILO : Viveka

Comme ce phénomène est courant lorsqu’on médite, mon maître explique qu’il n’y a que deux types de visions : les prophétiques, et les égoïstes. Les premières sont très très rares ; les secondes, aussi subtiles et élevées soient-elle, ne sont souvent qu’une projection psychologique d’ordre personnel.

Michel de Certeau parle dans la Fable Mystique du « ‘vertige’ de ne pas savoir ‘à quoi m’en tenir sur le désir de l’autre, sur ce que je suis pour lui' », ce « savoir » qui est la base du contrat social. C’est valable aussi au niveau intra-personnel, de soi contre soi-même : le mental « propriétaire », plein de certitudes, lutte pour ne pas perdre son territoire au profit du mental « spirituel », libre donc imprévisible. Et avec beaucoup de ruse, le premier saute sur toute diversion possible pour ralentir voire inverser la prise de terrain du second. En d’autres mots : dès qu’un peu d’espace intérieur est libéré, appelé par la peur du vide le Prédateur Intérieur* pointe le bout de son nez ; pour reprendre le contrôle de la situation, il se ventouse à tout objet disponible qu’il considère plus « normal ».

Et là c’est « Closer », c’est « Confessions Intimes » – en mode ashram. Tu vis le coup de foudre improbable. Ce moment où tu te rends compte que oui, ça fait bien 45 minutes que tu vois défiler devant tes yeux la vie (palpitante bien sûr) que tu vas mener dans les 25 prochaines années… tout ça, à partir d’un visage que tu as à peine croisé en entrant dans le hall de méditation.

Au départ, y’avait ça :

« Coucou ! Je t’aime !
Mais dis-moi, comment tu t’appelles ? »

Mais on te refait le coup. Et pas qu’une fois. Et avec des variations (histoire de ne pas s’ennuyer)… Alors ça donne ça :


« C’était juste mon imagination
Qui court qui court
Juste mon imagination
Partie en sprint… »

Viveka : le discernement. Cette précieuse compétence qui permet de séparer le bon grain de l’ivraie, ou la construction mentale de ce qui est là, palpable, réel, concret – souvent pas grand chose. Je classe cette qualité sous l’en-tête shaucha des règles morales du yoga : c’est une forme d’hygiène. Suffit « seulement », ensuite, de développer la volonté suffisante pour revenir au présent. Parfois ça se fait à la rame en contre-courant avec des saumons à esquiver, parfois c’est aussi doux que l’arrivée d’une plume de duvet sur la surface lisse d’un lac.

* le « Prédateur Intérieur » est un des archétypes de la psyché féminine selon les travaux de Clarissa Pinkola Estes, poétesse et psychologue américaine d’obédience jungienne. Mais je crois qu’il est valable pour les hommes aussi, non ?

Publicités

RADIO INTERIEURE : Young Americans

Pendant un satsangh où l’absorption était particulièrement profonde, j’avais ça… Comme une radio allumée au loin, de plus en plus loin, chez les voisins durs d’oreille à l’heure où tu t’endors.

Alors c’est une super chanson, même si j’avoue ne pas du tout comprendre le message par rapport à la méditation.
L’heure est peut-être venue d’éteindre la musique…

RADIO INTERIEURE : Don’t You Worry ’bout a Thing

Deux fois ne font pas une règle, mais dessinent quand même une tendance. Ceux qui sont passés par là pourront peut-être m’éclairer : pendant une retraite en silence, y a-t’il forcément ce moment de crise de fou rire qu’on se tape tout seul ? Au moment où on a l’impression de devenir fou, justement, ou de l’être déjà un peu (beaucoup) (pour se mettre dans des situations pareilles)…

Un moment où des réponses inattendues se font connaître…

Genre celle-ci :

“Tout le monde a un truc
“Mais beaucoup ne savent pas quoi en faire
“Toujours en train de s’éparpiller
“Acceptent des choses qui n’en valent pas la peine

“Ils disent que ton style de vie pue
“Et que tu devrais faire autre chose
“Mais ne te fais pas de bile
“Quand tu tombes dans le piège d’un sourire

“Tout le monde a besoin de changement
“La chance de voir des choses nouvelles
“Même s’il n’y a que toi qui vois
“Les changements que tu t’amènes à traverser

“Mais tu n’as pas à t’en faire
“Ne t’inquiète de rien, jolie mama
“Parce que je suis là à tes côtés
“Quand tu pars explorer
“Quand tu tentes ta chance
“Quand tu t’éclates, dans ton trip
“Surtout ne t’inquiète pas, yeah.”

Apparemment, Dieu est DJ. ;-)
(Et non, je ne consomme aucune substance illicite…!)

RADIO INTERIEURE : Don’t Explain

J’interprète ça comme l’optimisme peiné (et un peu enrhumé) du retour de l’absorption méditative…

« Tais-toi, ne te justifie pas,
« Ca ne servira pas.
« Je suis heureuse
« Que tu sois là.
« Chut, ne dis rien.
[…]
« Vrai ou faux, m’est égal,
« Tant que tu es avec moi.
« Chut, ne dis rien. »

RADIO INTERIEURE : Wouldn’t It Be Nice

A 7h30, fin du satsangh hier matin, volume ghetto blaster dans ma tête :

« Si ça s’rait pas super si …
« Et si …
« Et alors on ferait comme ça …
« Et ça serait comme ci, et ça serait comme ça …
« Et puis ci, et ça …
« Oh oui ça s’rait trop chouette si …

Ah bon, j’étais partie dans des rêveries futuresques ? Mais non, pas du tout … Je suis sage. Je médite. Je suis totalement au présent.

Depuis hier matin 7h30 donc, merci DJ Intérieur, dès que mes pensées s’envolent vers un futur possible, les Beach Boys reviennent.
Comme un rappel. Ou une punition.