RADIO INTERIEURE : Too Long

Peur ? Résistance ? Passage obligé ? Diversion ?
Quand tu te rends compte qu’en fait, tu ne sais toujours pas méditer. (O rage, O désespoir !)

J’ai tant attendu hors de moi
Tu vois, je jouais à être une autre
Je voulais voir qui je voulais être

Et j’ai attendu toute seule
J’ai attendu trop longtemps
Pas assez forte pour être avec toi

Et j’ai imaginé mon monde
Je l’ai peint avec de l’or
Pas assez forte pour te voir

J’irrigue les illusions et les laisse pousser
Comment me pacifier et lâcher ?
Sauvage, j’ai couru pour voir ce que je donnerais

RADIO INTERIEURE : C’était l’Hiver

Faire le deuil d’une relation – quelles qu’ont été sa nature, sa durée, et quelle que soit sa distance à aujourd’hui – demande d’accepter que la personne meurt. Qu’il n’y ait plus la possibilité de la croiser au coin d’une pensée, au détour d’une projection, sur la petite planète de notre esprit.

Qui a dit que les gens spirituels n’avaient pas d’états d’âme ?!

RADIO INTERIEURE : I See A Darkness

Quand tu demandes au maître de te montrer ce qu’il voit lorsqu’il mène une méditation de groupe :

Tu vois, j’ai un amour,
Un amour pour tous ceux que je connais.
Et tu vois, j’ai un élan,
Un élan de vie que je ne lâcherai pas.

Mais vois-tu, comme son contraire, s’éveille parfois ?
Cette imposition terrible, qui assombrit mon esprit.

Je vois l’obscurité, je vois l’ombre, je vois l’ombre.
Sais-tu comme je t’aime ?
Et il y a l’espoir que tu me sauves,
Peut-être,
De cette ombre.

RADIO INTERIEURE : I Wanna Be Like You

Quand tu rencontres le maître de méditation la première fois, et que tu as l’impression d’être King Louie… (je précise que le Master est bien plus que Mowgli, hein !)

« Oh oui c’est vrai,
« Je voudrais être comme vous.
« Marcher comme vous
« Et parler comme vous
« Faire comme vous, tout
« Car je l’avoue
« Quelqu’un comme moi
« C’est vrai, je crois, peut devenir comme vous. »