RADIO INTERIEURE : Don’t You Worry ’bout a Thing

Deux fois ne font pas une règle, mais dessinent quand même une tendance. Ceux qui sont passés par là pourront peut-être m’éclairer : pendant une retraite en silence, y a-t’il forcément ce moment de crise de fou rire qu’on se tape tout seul ? Au moment où on a l’impression de devenir fou, justement, ou de l’être déjà un peu (beaucoup) (pour se mettre dans des situations pareilles)…

Un moment où des réponses inattendues se font connaître…

Genre celle-ci :

“Tout le monde a un truc
“Mais beaucoup ne savent pas quoi en faire
“Toujours en train de s’éparpiller
“Acceptent des choses qui n’en valent pas la peine

“Ils disent que ton style de vie pue
“Et que tu devrais faire autre chose
“Mais ne te fais pas de bile
“Quand tu tombes dans le piège d’un sourire

“Tout le monde a besoin de changement
“La chance de voir des choses nouvelles
“Même s’il n’y a que toi qui vois
“Les changements que tu t’amènes à traverser

“Mais tu n’as pas à t’en faire
“Ne t’inquiète de rien, jolie mama
“Parce que je suis là à tes côtés
“Quand tu pars explorer
“Quand tu tentes ta chance
“Quand tu t’éclates, dans ton trip
“Surtout ne t’inquiète pas, yeah.”

Apparemment, Dieu est DJ. ;-)
(Et non, je ne consomme aucune substance illicite…!)

ACTU : Tiruppur TN – Malampuzha KA

De retour à Manapakkam (Chennai), et voici les aventures des deux semaines passées !

Les premiers jours de février, j’ai participé à un immense rassemblement de méditants pour célébrer l’anniversaire de naissance de Lalaji, adiguru, c’est-à-dire le premier maître de la lignée. Nous étions 15’000 à Tiruppur, dans le sud-ouest du Tamil Nadu, à partager trois satsanghs par jour. Une expérience intense et riche !

Tiruppur medit

L’ashram est sur une terre désertique, où par « chance » une source d’eau a été découverte. Il est donc possible de vivre ce genre de contraste :

tiruppur contrasteQuant au « dining room », on comprend rapidement l’origine de l’expression « file indienne ». La nourriture, parfaitement gérée par l’équipe volontaire, est comme d’usage prasad, une offrande aux méditants. Gratitude !!

Tiruppur dining hallPour ajouter une nouvelle couleur au contraste, à la fin du bhandara j’ai continué vers le Kerala, dans le centre de retraite silencieuse à Malampuzha. Au niveau de la sensation, c’est comme passer de ça :

à ça :

Contraste du paysage d’abord, le centre est au milieu de la jungle, dans une vallée bordée de montagnes.

Malampuzha etang montagneA Malampuzha, nous étions une vingtaine de méditantes à tenter le silence. Très différent d’une retraite Vipassana, magnifique aussi quant aux effets, aux possibilités de progrès. J’ai bien écrit « tenter » : papotage des Indiennes pas trop rigides sur la discipline, lecture, écriture, seva.

bibliotheque Malampuzha KAAssignée au service de bibliothèque, j’ai regretté de ne pas avoir fait « langues O », comme on dit… Soit, il n’est jamais trop tard…

bibliotheque Malampuzha KA Langues OA plusieurs reprises, je me suis dit que certaines pollutions de nos ville n’avaient rien à envier aux bruits de la nature…! Entre le bourdonnement du périph et le grésillement d’un grillon à quelques mètres, ou une alarme de voiture et certains chants d’oiseaux, il n’y a qu’un pas, du contexte. La grande différence entre leurs bruits et les nôtres ? L’impossible recul face à l’action pour eux, la possibilité de distance pour nous. En un mot, la nécessité. Non ?

UN JOUR, PLEIN DE KOLAMS : Suite et Fin

Exploration de l’espace bi-dimensionnel par la nouvelle servante voisine :

2014-01-15 06.46.06

Et comme je sais qu’ils vous manquent, ceux de la précédente, en voici la suite et fin des archives :

2013-12-20 15.29.54

2013-12-21 13.54.12

2013-12-24 08.44.42 copy

2014-01-01 06.36.14

2013-12-27 07.53.48

2013-12-29 09.29.38

2013-12-28 08.08.36

2013-12-30 07.48.37Il n’y aura plus de kolams sur le blog pendant les deux prochaines semaines : je pars ce soir à Tiruppur, dans le sud du Tamil Nadu, pour un bhandara ; puis je serai en retraite silencieuse pendant 10 jours.

Au retour, je tenterai mon talent aux kolams. A suivre…

RADIO INTERIEURE : Don’t Explain

J’interprète ça comme l’optimisme peiné (et un peu enrhumé) du retour de l’absorption méditative…

« Tais-toi, ne te justifie pas,
« Ca ne servira pas.
« Je suis heureuse
« Que tu sois là.
« Chut, ne dis rien.
[…]
« Vrai ou faux, m’est égal,
« Tant que tu es avec moi.
« Chut, ne dis rien. »