ACTU : Tiruppur TN – Malampuzha KA

De retour à Manapakkam (Chennai), et voici les aventures des deux semaines passées !

Les premiers jours de février, j’ai participé à un immense rassemblement de méditants pour célébrer l’anniversaire de naissance de Lalaji, adiguru, c’est-à-dire le premier maître de la lignée. Nous étions 15’000 à Tiruppur, dans le sud-ouest du Tamil Nadu, à partager trois satsanghs par jour. Une expérience intense et riche !

Tiruppur medit

L’ashram est sur une terre désertique, où par « chance » une source d’eau a été découverte. Il est donc possible de vivre ce genre de contraste :

tiruppur contrasteQuant au « dining room », on comprend rapidement l’origine de l’expression « file indienne ». La nourriture, parfaitement gérée par l’équipe volontaire, est comme d’usage prasad, une offrande aux méditants. Gratitude !!

Tiruppur dining hallPour ajouter une nouvelle couleur au contraste, à la fin du bhandara j’ai continué vers le Kerala, dans le centre de retraite silencieuse à Malampuzha. Au niveau de la sensation, c’est comme passer de ça :

à ça :

Contraste du paysage d’abord, le centre est au milieu de la jungle, dans une vallée bordée de montagnes.

Malampuzha etang montagneA Malampuzha, nous étions une vingtaine de méditantes à tenter le silence. Très différent d’une retraite Vipassana, magnifique aussi quant aux effets, aux possibilités de progrès. J’ai bien écrit « tenter » : papotage des Indiennes pas trop rigides sur la discipline, lecture, écriture, seva.

bibliotheque Malampuzha KAAssignée au service de bibliothèque, j’ai regretté de ne pas avoir fait « langues O », comme on dit… Soit, il n’est jamais trop tard…

bibliotheque Malampuzha KA Langues OA plusieurs reprises, je me suis dit que certaines pollutions de nos ville n’avaient rien à envier aux bruits de la nature…! Entre le bourdonnement du périph et le grésillement d’un grillon à quelques mètres, ou une alarme de voiture et certains chants d’oiseaux, il n’y a qu’un pas, du contexte. La grande différence entre leurs bruits et les nôtres ? L’impossible recul face à l’action pour eux, la possibilité de distance pour nous. En un mot, la nécessité. Non ?

YOGIC PHILO : Architecture Ontologique en Chiffres

Voici un résumé très rapide et assez brut – une adaptation selon mon expérience à ce jour – de quelques concepts symboliques que le yoga propose pour comprendre l’être. L’interprétation de chaque notion est bien sûr ouverte à discussion, à approfondissement. Il y aura des articles plus détaillés au fil du temps. En attendant, si vous le souhaitez, l’espace « commentaires » du blog est là pour ça.

3 cordes (à son arc) • 5 écorces • 7 roues • 8 piliers

architecture lumiere reflet

Nul n’échappe aux 3 cordes, ou ‘gunas‘ en sanskrit : il s’agit des trois forces physiques basiques. Tamas, la force d’inertie, qui immobilise ; rajas, la force centrifuge, qui sème ; sattva, la force centripète, qui rassemble.

Qu’en faire ?
Dès que l’on se sent bloqué, fatigué, ‘blasé’, ou au contraire en hyperactivité, essayer de reconnaître quelle force est entrée en jeu pour en mobiliser les qualités, plutôt que d’engager une lutte acharnée à contre-courant.

forces opposees

Ne pas se contenter d’exister, chercher à être : il ‘suffit’ pour cela d’habiter nos 5 écorces, ou ‘koshas’. Notons ici la correspondance avec la pyramide des besoins établie par le psychologue humaniste Abraham Maslow : Annamayakosha, le corps physique ; pranamayakosha, le corps physiologique ou subtil ; manomayakosha, l’émotionnel ; vijnanamayakosha, l’intellect ; anandamayakosha, la reliance (spirituelle). Du plus grossier au plus subtil, l’un ne peut fonctionner sans l’autre, chaque pan à l’interface avec le précédent et le suivant.

Qu’en faire ?
Si l’on se sent ‘à côté de ses pompes’, se mettre vaillamment et patiemment à l’écoute des fluctuations dans les 5 écorces. Et apprendre à les accueillir, ces fluctuations…

ecorce

7 roues : les fameux chakras… Non, ils n’existent pas – physiquement. Cependant, en passant par les régions symboliques du corps dans lesquelles ils se placent, ils proposent un système pour penser les fonctions vitales de l’être. Ce système est utile pour identifier les éventuels déséquilibres dans l’habitation de notre vie, de nos écorces. Muladhara, la racine ; Swadisthana, le fondement ; Manipura, l’instinct ; Anahata, le coeur ; Vishuddhi, la communication ; Ajna, l’intuition ; Sahasrara, la couronne.

Qu’en faire ?
Observer où et comment se placent les réactions, les sensations, dans le corps – que ce soit dans la vie quotidienne ou lors d’une séquence de yoga.

rainbow

8 piliers : Ashtanga. Texte fondateur de la pratique du yoga en Occident, les Yoga Sutras de Patanjali offrent 8 directions de pratiques : yama, les prescriptions relationnelles ; niyama, les prescriptions personnelles ; asana, l’habitation juste du corps ; pranayama, l’équilibre des fonctions vitales ; pratyahara, l’intériorisation, l’habitation du centre ; dharana, la concentration ; dhyana, la méditation ; samadhi, l’état d’unité.

Les yamas et les niyamas sont détaillés dans un article : cliquez ici.
Les commentaires sur les autres piliers sont en cours de ‘fabrication’ pour le blog.

Qu’en faire ?
Option 1 : on considère les 8 piliers comme les étapes du cheminement vers soi, universel à toutes les cultures. Cela impose (tout simplement, n’est-ce pas) de prendre conscience de l’aspect ‘spirale’ de la vie : cyclique, mais pas tout à fait, un cercle et une droite à la fois. Les moments où l’on repasse par une même étape, tout en ayant parcouru un certain chemin. La même étape, mais pas tout à fait.
Option 2 : on considère qu’un cours de yoga est l’espace-temps parfait pour explorer concrètement ces piliers : c’est pour cela que l’on parle de la ‘pratique’ du yoga.
Option 3 : un peu des deux à la fois.

piliers de glace

Pour grandir et se réaliser, il incombe à chacun d’accepter la responsabilité de sa vie. Peut-être s’agit-il de découvrir sa manière personnelle, unique, de colorier ces symboles. En mots, ils ne sont après tout que des concepts : une tonne d’idées ne feront jamais le poids face à une plume d’expérience.