ACTUS : le Retour, un Debrief en Images 1 – Perspectives Cosmiques

Finalement, le bonheur est très simple : de la nourriture préparée avec amour, un regard bienveillant sur soi et sur les autres, l’accès à la nature, et des perspectives cosmiques. Ce sera les thèmes de quelques collections de photographies prises pendant le séjour en Inde, pour une série debrief de-rush : couchers et levers de lune et de soleil ci-dessous, fleurs et animaux, alimentation réjouissante.

Krishna Enclave, Manapakkam, Tamil Nadu – ode à mon toit !

IMG_1541

IMG_1548

IMG_1589

IMG_1628

IMG_1644

IMG_1707

IMG_2720

IMG_2874

IMG_2875

IMG_2912

IMG_2929

IMG_2930

IMG_2962

Babuji Memorial Ashram – lever de lune sur le hall de méditation

IMG_3119

Pondicherry, Tamil Nadu – reflets

Pondicherry 2

Pondicherry

Shravanabelagola, Karnataka – 1’600 marches jaïnes

Shravanabelagola

Kabini River Lodge, Karnataka – un safari au rythme de la nature

Kabini 2

Kabini 3

Kabini

Malampuzha, Kerala – retraite au coeur de la jungle montagneuse

Malampuzha

Deux trains, deux états

Malampuzhalever pleine lune train

Bangalore

Publicités

ACTU : Tiruppur TN – Malampuzha KA

De retour à Manapakkam (Chennai), et voici les aventures des deux semaines passées !

Les premiers jours de février, j’ai participé à un immense rassemblement de méditants pour célébrer l’anniversaire de naissance de Lalaji, adiguru, c’est-à-dire le premier maître de la lignée. Nous étions 15’000 à Tiruppur, dans le sud-ouest du Tamil Nadu, à partager trois satsanghs par jour. Une expérience intense et riche !

Tiruppur medit

L’ashram est sur une terre désertique, où par « chance » une source d’eau a été découverte. Il est donc possible de vivre ce genre de contraste :

tiruppur contrasteQuant au « dining room », on comprend rapidement l’origine de l’expression « file indienne ». La nourriture, parfaitement gérée par l’équipe volontaire, est comme d’usage prasad, une offrande aux méditants. Gratitude !!

Tiruppur dining hallPour ajouter une nouvelle couleur au contraste, à la fin du bhandara j’ai continué vers le Kerala, dans le centre de retraite silencieuse à Malampuzha. Au niveau de la sensation, c’est comme passer de ça :

à ça :

Contraste du paysage d’abord, le centre est au milieu de la jungle, dans une vallée bordée de montagnes.

Malampuzha etang montagneA Malampuzha, nous étions une vingtaine de méditantes à tenter le silence. Très différent d’une retraite Vipassana, magnifique aussi quant aux effets, aux possibilités de progrès. J’ai bien écrit « tenter » : papotage des Indiennes pas trop rigides sur la discipline, lecture, écriture, seva.

bibliotheque Malampuzha KAAssignée au service de bibliothèque, j’ai regretté de ne pas avoir fait « langues O », comme on dit… Soit, il n’est jamais trop tard…

bibliotheque Malampuzha KA Langues OA plusieurs reprises, je me suis dit que certaines pollutions de nos ville n’avaient rien à envier aux bruits de la nature…! Entre le bourdonnement du périph et le grésillement d’un grillon à quelques mètres, ou une alarme de voiture et certains chants d’oiseaux, il n’y a qu’un pas, du contexte. La grande différence entre leurs bruits et les nôtres ? L’impossible recul face à l’action pour eux, la possibilité de distance pour nous. En un mot, la nécessité. Non ?