CHER YOGA : Insomnie

Cher Yoga
Je fais malheureusement partie des gens qui ont du mal à bien dormir ; je mets du temps à m’endormir et me réveille très souvent la nuit. Aurais-tu des pratiques et techniques d’asanas, respirations, méditations etc… à faire le soir pour m’aider à retrouver un sommeil profond et réparateur ? Merci !
Alice, Paris

Chère Alice,

Il faut que je t’avoue quelque chose : lorsque je pratique trop d’asanas, ou trop tard, je ne dors pas. Même s’il y a de grandes lignes généralistes, comprends qu’il est impossible de prévoir les effets des exercices de yoga. Je n’ai donc aucune recette miracle à te proposer.

En apprenant les (nombreux et variés) outils que le yoga propose, tu développeras ton intuition et ton écoute intérieure, et seras à même de choisir ce qui te convient, au moment où tu en as besoin. Peut-être s’agit-il d’apprendre à apaiser les tensions physiques qui t’empêche d’amener le corps au sommeil ; ou peut-être de t’autoriser à baisser le rideau sur maya, le spectacle de la vie, et tout ce que tu y construis.

Un de mes maîtres de raja yoga enseigne une visualisation qui invite à rendre au passé ce qui lui appartient, sans se raconter d’histoires, et à s’ancrer dans la vacuité du présent. La visualisation est organique, et prend donc exactement le temps qui est nécessaire. Lorsqu’elle est terminée, on ressent souvent une plus grande légèreté, simplicité, luminosité.

Après avoir fini ce que tu as à faire, installe-toi dans ta posture confortable de méditation, et suggère un courant de lumière qui traverse ta poitrine et ressort dans le dos, brassant de la fumée, de la poussières, des scories, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien en toi à « nettoyer ».

Vois un exemple en GIF dramatisé :

Tomasz Alen Kopera

La fumée représente les impressions et tendances inconscientes auxquelles tu t’es attachée et qui te retiennent. Ces impressions, on les nomme samskaras, ou formations mentales. Le bouddhisme les classe comme une des cinq parties de skandha, les agrégats constitutifs de l’individu. A toi ensuite de tenir l’ascèse pour te libérer des impressions passées et ne pas en former de nouvelles.

Et si tu te réveilles au milieu de la nuit, pourquoi ne pas t’autoriser à rester en savasana ? Dans la posture du cadavre, mourir aux croyances (‘j’ai besoin de 9h de sommeil’), aux peurs (‘je vais être fatiguée’), aux projections, aux conditionnements, à ce que tu crois être normal ou anormal ; t’autoriser à être, sans rien à prouver, ni à montrer, ni à cacher, dans le silence intérieur. Là est le yoga.

Ou sinon, il y a ça : http://www.mydodow.com

x’om,
Débo


Cher Yoga ouvre le courrier des yogis francophones : débutant.e.s, confirmé.e.s, curieu.ses.x ou réfractaires, envoyez vos questions ! Qu’elles portent sur la pratique de près ou de loin, qu’elles soient terre-à-terre ou mystiques, Débo tentera d’y répondre. La règle du jeu : sans recette miracle, avec humilité, et des pincettes un peu décalées, ses réponses pousse la réflexion à d’autres questions. Utilisez l’espace des commentaires sous chaque Q&R, l’email, ou Facebook, pour envoyer vos questions.

Publicités

CHER YOGA : Convertir les Autres

Cher Yoga,
Comment initier ses amis ? Doit-on être prophète dans sa famille ?
Diane, Londres

Chère Diane,

Patanjali décrit cinq kleshas, voiles intérieurs qui camouflent la vérité et empêchent d’atteindre la liberté : l’ignorance (avidya), l’égoïsme (asmita), l’attraction (râga), l’aversion (dvesha), la peur (abhinivesha). Dans le canon bouddhique, une sourate s’intéresse à l’assujettissement des passions (Raga-Vinaya Sutta – traduction du pali en anglais). Les êtres humains y sont classifiés en quatre catégories : ceux qui cherchent à maîtriser les kleshas pour eux-mêmes, sans y inciter les autres ; ceux qui exhortent les autres, sans s’appliquer eux-mêmes ; ceux qui ne pratiquent ni pour eux-mêmes, ni pour les autres ; et le quatrième type, que tu devines sans peine. Ta question porte sur l’art et la manière d’appartenir à la quatrième catégorie. Note que la sourate ne propose aucune hiérarchie de valeur entre ces quatre types.

Pour certains, le cours de yoga fournit un espace-temps unique, hors du commun quotidien : un discours autre peut être entendu ; un alignement intérieur (‘sur l’axe de l’univers’) peut émerger. Et aujourd’hui, comme de tout temps, nombreux sont les ‘yogins’ à grande mobilité et petite ambition. Le cours de yoga n’est qu’une proposition d’espace-temps parmi d’autres. Dans notre société de trop-plein où le temps est une denrée précieuse, c’est une des rares à cumuler effort physique et enseignement spirituel. Mais il y a autant d’autres propositions de croissance que d’instants de vie.

Que vois-tu, à l’intérieur et à l’extérieur de toi, qui te donne à penser que ta recette est valable pour tous ?

‘Conversion’ signifie ‘changement de direction’. Combien trouvent le courage de remettre en jeu leurs identités, leurs habitudes, leurs conditionnements, leurs petits mouchoirs ? Et : combien se rassurent par la quête d’un ‘bien-être’ compatible avec une vie d’aquarelle ? Si ceux-là méritent notre admiration, et ceux-ci, notre compassion, c’est dans leur ratio que tu trouveras ta réponse.

x’om,
Débo


Cher Yoga ouvre le courrier des yogis francophones : débutant.e.s, confirmé.e.s, curieu.ses.x ou réfractaires, envoyez vos questions ! Qu’elles portent sur la pratique de près ou de loin, qu’elles soient terre-à-terre ou mystiques, Débo tentera d’y répondre. La règle du jeu : sans recette miracle, avec humilité, et des pincettes un peu décalées, ses réponses pousse la réflexion à d’autres questions. Utilisez l’espace des commentaires sous chaque Q&R, l’email, ou Facebook, pour envoyer vos questions.